flamme abstraite

Bienvenue à Toi 

Je m'appelle Julie et je suis très heureuse de te recevoir ici.

*

J’ai ouvert cette espace depuis le désir de partager avec toi, pour franchir le seuil de l'oubli et s'ouvrir à ce qui réside en nous qui brille comme mille soleils... Pour que ce soit un lieu de témoignages, d’écoute, de plaisir, d'échanges, d'écoute, oui je le répète... Et proposer la possibilité d'un accompagnement si tu en sens le besoin...   

*

Le Seuil de l’Aube c'est un pas-sage, une ouverture depuis là où je suis jusque là où tu te trouves. Et si apparemment nous nous trouvons dans des endroits différents, dans le fond il n'en est rien.

Seulement la forme...

L'idée c'est de plonger dans le coeur - au coeur du coeur - d'éviter de s'empêcher de mettre les mains dans la glaise humaine et découvrir derrière le fin voile l'unité de toute chose, en toute chose, l'harmonie sous-jacente, la clef de voute, le Grand Oeuvre.

*

Si tu souhaites partager ton questionnement, je t'invite à utiliser le formulaire Contact pour que ton message me parvienne.  

*

Au plaisir de te lire

Tendrement

Julie

danse%2520_edited_edited.jpg

Dans ma danse

Le théâtre, miroir de la malléabilité de la réalité, des histoires que nous nous racontons en fonction du personnage que nous interprétons et de la conscience que nous avons ou non d'être sur scène, en train de jouer.

Mais... Qui est le metteur scène ?

N'est-il pas un autre personnage ?

Et alors qui est le metteur-en-scène du metteur en scène ?

Et l'histoire dans l'histoire dans l'histoire dans l'histoire...

Un éternel recommencement...

Une roue qui peut tourner indéfiniment. 

L'usage de plantes maitresses - appelées médecine dans certaines régions du globe - et l'exploration des états de consciences par expérience directe (et non en théorie seulement). 

Un Cours En Miracle, arrivé dans mes mains vers l'âge de 23 ans.

L'écho d'un murmure familier.

Un rappel franc et délicat.

Une pépite sur le chemin.

Jusqu'à qu'il n'y en est plus, de chemin...

Plus besoin. 

L'étude continue, pratique et théorique, de l'ésotérisme, de l'hermétisme et de l'alchimie. 

L'Écoute

ENTRE NOUS

Résumé Glow

- 1 -

Cette plateforme se propose d’être comme un îlot sur lequel tu peux te poser, respirer et faire un point. C’est une invitation à ralentir et observer plutôt qu'à foncer et réagir. 

Indubitablement à tourner ton regard vers l'intérieur. 

Quand on ne tient plus

ÇA CRAQUE OU ÇA DÉBORDE ?

Tu connais ce moment ou il y en a simplement marre ? Marre de se taire, marre de parler quand y'a rien à dire, marre de se faire croire qu'on ne sait pas ce qu'on veut dans le fond, marre de se faire croire qu'on sait comment aller là où on a pas vraiment envie d'aller (marre de cela aussi d'ailleurs, de se forcer quelque peu ou quelque beaucoup à faire ce qu'on voudrait défaire). Marre de jouer à des rôles qui ne nous collent déjà plus tant que ça à la peau. Marre de l'apitoiement et du "on verra plus tard" - mais plus tard quand en fait ? - et marre de s'auto-persuader que les choses vont se débloquer par une volonté autre que la nôtre.... Autre que la mienne, que la tienne. Et cette auto-persuasion est maline et subtile quoi que grossière tout de même, elle se cache derrière la croyance que la toute puissance n'est pas en toi, que : toi ? Tu n'as aucun pouvoir sur ta propre vie et très peu d'impact dans le monde finalement. Que... toi, tu n'arriveras à rien, ça ne marchera pas. Et combien ont trépassé avec le coeur gros de tout ce qu'ils n'avaient pas donné, pas osé ? Je ne crois pas que l'on puisse avoir des regrets de ce que l'on a pas fait comme "d'une Nième chose en plus" mais sinon de ce que l'on aura pas donné.

Ce qui est donné de bon coeur, un regard franc, un sourire, un "non", un "oui", un câlin, un rire, une déclaration, un rendez-vous, un espace réel, un accueil silencieux et plein de présence, de l'écoute totale, de l'amour en barre de 1001 façons, tout ça se multiplie et ouvre des portes jusqu'alors insoupçonnées. Sinon, et bien ça reste là à patienter dans le coeur et mon Dieu... Comme la tristesse peut avoir les fesses lourdes. Jusqu'à ce que les chaises de la salle d'attente de ton coeur craquent, et la salle avec et que tout commence vraiment à déborder pour éviter que ça croupisse. 

Alors tu sais quoi ? Laisse la marre montée, ne te juge pas d'en avoir marre, il est légitime de ne pas se sentir bien de ce que l'on s'inflige qui n'est pas naturel. Et non il ne faut pas souffrir pour être beau, belle, heureuse, content, et jouir de cette Vie qui nous inonde et ne rechigne jamais à nous en donner toujours plus. Et c'est devant nos yeux tout le temps, disponible 24/7. 

Seulement... La véritable question ne serait-elle pas :

Es-tu prêt(e) à recevoir ?

Sens la réponse se révéler plus que de la chercher mentalement, note seulement la réalité en toi à ce moment-là de ta vie, à l'écoute de l'état dans lequel tu te sens.

Comme un état des lieux

Comme l'urgence de se rencontrer intimement. 

Un tête à coeur avec soi. 

Je disais qu'il est normal de ne pas être bien lorsqu'on s'inflige ce qui n'est pas naturel, et quelle idée plus folle que celle que de croire que le mal est une route vers le bien ? Je vais te dire, pour moi, ce qui me fait mal et ce dont je commence à déborder c'est de tous ces mots d'amour que je ne te dis pas, de toutes ces douleurs, horreurs, désastres que je ne regarde pas avec toi, que je ne prends pas dans les bras avec toi jusqu'à réaliser sincèrement que la souffrances et les désastres se nichent dans l'oubli de qui on est vraiment... J'ai mal de tous ces trésors qui, en ne les partageant pas avec toi, deviennent de lourds rêves sur lesquels on fantasme amèrement. J'ai mal de tout ce que je nous ai nié, tous les deux. C'est de cela dont j'ai le plus mal finalement : de t'avoir nié et moi avec, de nous avoir oublié. 

Mais tu sais, c'est ce qui est aussi dingue qu'évident, que beau, c'est que du moment où tu te souviens, où je me souviens, le mal disparait, ne reste qu'un espace qui s'étend, depuis ta conscience à mon coeur et vice-versa puis de là se révèle ce qui est réel et déborde de loin tous les concepts :

l'Amour inconditionnel. 

 

Alors du coup, sans avoir bougé, je pourrais simplement me rendre compte d'un fait aussi simple que terrassant en forme de question sur laquelle personnellement je médite :

" que peux-tu bien vouloir quand tu réalises que tu es/as déjà tout ? "

"Où cours-tu ?" avait écrit la tendre et vibrante Christiane Singer en poursuivant :

"Ne sais-tu pas que le Ciel est en toi"? 

Alors ? Où cours-tu, toi ? 

Et si on se posait ? Et si on se regardait dans les yeux, pour de vrai ? 

Moi je suis certaine que, ce que l'on verrait, c'est Un Ciel qui s'étend...

Solahra 💋